Co-construire les savoirs · Créer un lien intergénérationnel · Développer les compétences · Intégrer la génération Y · Manager les seniors · Prévenir les risques psychosociaux · Transmettre des savoirs ·


Tous les articles du mot clé Prévenir les risques psychosociaux


Codéveloppement professionnel : inscrivez-vous à une séance découverte // 11 juillet 2013

Nous vous proposons d’expérimenter une séance de codéveloppement professionnel :

Prochaine date :
19 décembre 2013
De : 14 h 00 à 17 h 30
Lieu : Paris ou Nanterre (à confirmer)

Vous pourrez ensuite intégrer un groupe de codéveloppement professionnel inter-entreprises, demander la création d’un groupe avec une thématique précise ou organiser un groupe dans votre entreprise pour vos salariés.

Contactez nous >>


Bien être psychosocial : une donnée importante dans la gestion de carrière //

Il n’y a pas tellement longtemps que la psychologie développementale s’intéresse à la réalité de l’adulte. Depuis des décennies, les dimensions de changement, de crise, d’évolution, de transition se focalisent sur le développement de l’enfance et de l’adolescence.

La co-construction et la transmission  correspondent aux étapes du développement psychosocial de l’adulte au travail

Les études récentes sur l’adulte établissent que l’on s’éloigne d’une vision statique de l’adulte pour se référer désormais à une  période de l’existence dont la continuité n’exclut pas l’évolution, le changement, les transformations. Erik H. Erikson, psychiatre américain, a mis en avant 3 stades dans la vie professionnelle de l’adulte. Chacune de ces étapes suscite des enjeux en mettant en confrontation  des éléments positifs et négatifs. La croissance intervient lorsque les éléments positifs prennent le dessus.

Ainsi, dans un premier tiers de carrière, le jeune adulte est dans la recherche d’une acculturation au monde du travail. Pour l’organisation qui l’accueille, la démarche d’accompagnement de ce jeune adulte est tactique car elle vise à fidéliser ces individus.

Dans le second tiers de carrière, la personne a presque la moitié de sa carrière de compléter, mais il lui en reste autant, et même aujourd’hui encore un peu plus à faire. L’enjeu de ce second tiers de carrière se trouve plus dans le souci de laisser sa marque, de transmettre ses savoirs.

Enfin dans le dernier tiers, l’enjeu est de continuer à se maintenir dans sa carrière, mais aussi celui de préparer sa retraite. Le besoin de transmettre se fait plus pressant.

Créer des conditions de travail en adéquation avec les étapes du développement psychosocial de l’adulte devient important pour le bien être au travail et la santé au travail, source d’efficacité et d’efficience pour les organisations.


Développer l’intelligence collective // 09 mars 2012

L’article paru dans les échos de mardi 6 mars sur la vie au travail a retenu toute notre attention cette semaine. Cet article, repose sur l’interview d’un chercheur, Yves Clos, Professeur de psychologie du travail au CNAM et d’un consultant, Dominique Reigner, Directeur associé du cabinet BPI groupe. Ils donnent des exemples d’entreprises comme Renault ayant développé l’innovation participative par la voir d’équipes autonomes. L’innovation s’est révélée un facteur de performance. D’autres sociétés comme Allianz, AXA, Générali ont également mis en place des démarches comparables. Les salariés deviennent ainsi acteurs de la performance de leur entreprise.

Aujourd’hui, la gestion des savoirs est indispensable pour réussir et se démarquer. L’organisation ne peut être durable si elle n’est pas une organisation apprenante, c’est-à-dire une entreprise qui développe des compétences collectives lui permettant de manoeuvrer dans ce nouvel univers commercial caractérisé par la concurrence mondiale, le juste-à-temps et la réduction draconienne des cycles de temps de l’idée au marché.

La supériorité concurrentielle d’une organisation réside dans sa capacité et sa motivation d’apprendre de toute source et de rapidement traduire cet apprentissage en action. Le groupe de codéveloppement professionnel répond justement à cette logique. Ce dispositif de formation novateur met l’individu en action et lui permet de réfléchir à ses pratiques de terrain. Bien au delà de l’individu, le co-développement professionnel mise sur le groupe et fait émerger l’intelligence collective. Ce dispositif de formation est particulièrement bien adapté pour les entreprise qui souhaite se transformer en organisation apprenante.


Sophrologie : reconnaissance du métier // 22 février 2012

Le ministère du travail vient d’inscrire le premier certificat professionnel de sophrologue au Répertoire National de la Certification Professionnelle (RNCP).

Le RNCP répertorie tous les titres, certificats et diplômes dont le niveau de qualification est reconnu par l’Etat. Cette inscription offre une reconnaissance officielle au métier de sophrologue.

Par ailleurs un code APE spécifique au métier de sophrologue a été sollicité par la Chambre Syndicale de la Sophrologie. L’INSEE a répondu favorablement. Désormais le terme sophrologie sera rajoutée à sa nomenclature.


La santé au travail : un investissement rentable // 06 janvier 2012

Un article paru dans la revue « la volonté des PME » de novembre 2011 fait état de l’engagement des entreprises françaises à se préoccuper davantage de la santé de leur collaborateurs, à l’instar des Canadiens.

« Le Canada a démontré que la prévention est une stratégie rentable. Un dollar investi rapporterait jusqu’à 5 dollars aux entreprises. On constate une baisse de l’absentéisme, du taux de renouvellement du personnel, et une amélioration de la productivité par salarié supérieur de 12%. Cet état fait suite à un sondage alarmiste qui a poussé le pays à agir. Quelques 66% des dirigeants canadiens estimaient que le problème de santé de leurs collaborateurs menaçaient la compétitivité de leur entreprise !

Si la France se préoccupe depuis longtemps de sécurité au travail et de prévention des accidents et des maladies professionnelles, son intérêt pour la notion de santé au travail est récent. A la différence de leurs homologues canadiens qui envisagent naturellement cette question sous l’angle individuel et collectif, les patrons français la renvoyaient à la sphère privée.

Les réflexions menées par certaines entreprises françaises pour placer la prévention au cœur de leur stratégie ont accéléré les mutations. »

Mentions légales      Métis & Maïa ©