Co-construire les savoirs · Créer un lien intergénérationnel · Développer les compétences · Intégrer la génération Y · Manager les seniors · Prévenir les risques psychosociaux · Transmettre des savoirs ·



Transmission des savoirs // 11 juillet 2013

Aujourd’hui, les entreprises les plus performantes ont compris que la compétitivité repose principalement sur l’innovation. Et celle-ci se fait sur tous les plans : innovation organisationnelle, réduction des cycles de production, abaissement des coûts de conception, accroissement de la réactivité, amélioration de la qualité des produits et des services, etc.

Un levier stratégique pour les entreprises

C’est par le biais d’initiatives en gestion des savoirs que les entreprises obtiennent un rythme d’innovation de produits et de procédés plus élevé et une meilleure performance globale. Le secret pour une organisation réside alors dans sa capacité à favoriser des processus qui permettent le partage, la construction et la transmission des savoirs, en vue de générer de nouveaux savoirs individuels et collectifs. L’entreprise se transforme ainsi en organisation apprenante. L’entreprise apprend et s’adapte en conséquence.

Capturer les savoirs d’expérience est payant

Emmagasinées dans les archives, les armoires et la mémoire des salariés, les connaissances de l’entreprise sont constituées d’éléments tangibles, les savoirs explicites. Ces savoirs explicites sont formalisés tel que, les bases de données, les procédures, les plans, les modèles, les algorithmes, les documents d’analyse et de synthèse.

D’autres savoirs sont également une richesse inestimable pour l’entreprise. Ces savoirs se composent d’éléments immatériels. Ce sont les savoirs tacites ou encore les savoirs d’expérience. Ces savoirs rassemblent tout ce que nous appelons les habilités, les tours de mains, les «secrets de métiers», les «routines», les connaissances historiques et contextes décisionnels de l’entreprise, les connaissances de l’environnement : clients, concurrents, technologies, facteurs d’influence socio-économiques, etc.

Les savoirs d’expérience pour les entreprises représentent une ressource immatérielle extrêmement volatile. Bien qu’il soit difficile de capturer ce savoir tacite, le faire est payant. Les sociétés dont les performances globales sont les meilleures fournissent plus d’efforts pour amener leurs collaborateurs à partager leur expertise et leurs connaissances les uns avec les autres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Mentions légales      Métis & Maïa ©